Ces 5 trucs que j’aurais aimé savoir avant de me lancer dans un Bullet Journal

Blog post image

Il y a deux moments dans l’année où l’envie de recommencer un bullet journal me démange sévère : janvier et septembre. Bah oui, ce sont les périodes du renouveau, de l’organisation, des résolutions… Mon cul ouais. 

Toi aussi, tu traînes sur Pinterest pour admirer ces calendriers ultra-personnalisés absolument parfaits ? Ces to-do lists décorées, ces quotes en calligraphie et ces dessins dignes de chefs d’oeuvre ? 

On le sait, c’est tentant : en voyant se multiplier les vidéos « plan with me » et autres clichés Instagram de doodles soignés, de Leuchtturm 1917 Dotted et de marqueurs stylés, on a qu’une envie… Suivre à la lettre cette tendance aux 1001 trackers et threads sophistiqués. Résultat ? On se démotive, et à la poubelle ce joli carnet et les 30 balles qu’il t’a fallu débourser pour tous ces gadgets.

Je ne compte plus les cahiers à peine décorés qui trônent sur mon étagère, et je suis sûre que je ne dois pas être la seule. Pour te décomplexer du bujo, je te donne les 5 choses que j’aurais aimé savoir avant de m’y remettre, encore et encore… Sans jamais m’y tenir. 

1. Qu’importe le carnet, pourvu qu’on ait l’organisation 

Les gourous du bujo affirmeront qu’un beau bullet tu ne feras pas si d’un carnet Dotted tu ne te munis pas (merci Yoda). La vérité, c’est qu’écrire sur des pointillés ou tracer des lignes à main levée, c’est pas fastoche fastoche. Moralité ? Tourne toi vers le notebook qui te plaît et que tu peux manipuler comme bon te semble. 

Ligné, quadrillé, voire vierge, qu’importe tant qu’il t’est réellement utile au quotidien ! Perso, anxieuse de la rature dans l’âme, j’ai opté pour un carnet à anneaux. Les pages sont amovibles, ce qui permet de les jeter, les déplacer, les utiliser pour décalquer… Bah ouais je copie sur Pinterest y’a quoi ? 

2. Tu n’as pas besoin d’un matériel digne d’un magasin de papeterie 

Non, savoir utiliser de l’aquarelle n’est pas indispensable. Les marqueurs aux 1001 couleurs ne sont pas nécessaires non plus. Tu peux gérer avec ces bons vieux stabilos qu’on a tous dans nos tiroirs depuis l’école primaire. Arrête de baver sur des produits professionnels, alors que tu veux juste dessiner trois cactus dans la marge de ton agenda. Tu n’as pas besoin de tous ces saint-graals de la papeterie pour te lancer dans un bujo… Si tu attends d’avoir un matériel de pro, tu ne le feras tout simplement jamais.

Si ça te passionne par contre, fonce ! Le but du bujo, c’est aussi de te détendre et de t’exercer. Mais n’en fais pas une maladie.  

3. Toutes les pages so Pinterest ne vont pas fonctionner pour toi 

A toi de te poser les bonnes questions : as-tu vraiment besoin de noter chaque jour la quantité d’eau que tu ingurgites ? Les heures de sommeil que tu as emmagasiné ? Ou encore une to-do list longue comme le bras chaque jour ?

A quoi bon inclure ces pages dans ton bujo, si tu ne ressens pas le besoin de les utiliser ? Le maître mot de ton journal doit rester « utilité ». On répète après moi : il n’y a pas de threads indispensables dans un bullet journal. Alors oui, on en voit partout des calendex, des mood trackers élaborés ou encore des weeklies bariolés. Ouais, moi aussi, j’ai l’impression de parler chinois.

Sauf que ce qui compte, c’est que cet outil soit pratique pour toi. Pour le rendre tout à fait opérationnel, il te faut apprendre à comprendre tes réels besoins. Nous n’avons pas tous un planning qui nécessite un tracking méticuleux de notre temps de travail, ni même de réaliser des to-do lists chaque jour. Si tu t’aperçois que tu n’utilises pratiquement pas certaines pages de ton carnet… Next !

4. Tout ne doit pas être parfait 

Spoiler alert : tu vas dépasser en traçant des tableaux. Tu vas te tromper dans les dates. Tu vas avoir un marqueur qui bave, qui transperce, qui rend moche la page sur laquelle tu as passé deux heures. C’est comme ça, c’est la malédiction du bujo.

Est-ce que tu dois tout recommencer pour autant ? Et déchirer cette malheureuse page ? Bah non, parce que tu vas tomber dans un perfectionnisme exacerbé. Et c’est justement ce qui t’empêche de réaliser ton bullet journal… et absolument tout, en fait.

Cet outil est censé te déconnecter et te détendre, pas te foutre la pression parce que tu n’es pas Picasso.

5. Tu peux juste acheter un agenda, en fait 

Le bullet journal n’est pas un idéal. C’est une tendance, c’est cool, mais il n’est pas indispensable à ta vie. Ou plutôt, ça ne doit pas être « un bullet journal ou rien ». On a tous besoin d’un endroit où noter nos choses à faire, nos idées ou nos sorties prévues. Mais on peut tout aussi bien le faire dans un agenda normal, et pas dans un carnet qu’on va prendre 5h à décorer. A méditer !