Communiquer sur le ton de l’humour ? On te conseille les Z’amours

Blog post image

Tout a démarré d’une mauvaise blague. Deux couples de la team à passer la soirée ensemble, on s’est installés un soir d’été autour de la table, sur la terrasse. Et on a commencé à jouer à ce jeu fatidique des Z’amours qui nous a valu quelques beaux fou-rires… et confidences. Finalement, on s’est rendus compte que communiquer sur le ton de l’humour peut amener à se confier bien plus facilement.

Le contexte hilarant

La soirée démarre plutôt bien. Tous les quatre décidons de sortir cette petite boîte de 340 questions pour se tester, pimenter un peu les échanges, et surtout (et c’était notre première intention), rigoler un bon coup. Ah, bah oups. Puisse le sort nous être favorable…

On commence en douceur, avec des questions que l’on pose au couple en face, et à son partenaire. « Quelle qualité lui envies-tu ?« , « Quelle est son petit défaut au quotidien ?« , « Quand vous vous disputez à cause d’une erreur de sa part, il est du genre à nier, à râler, à avouer ?« . Bref, tu vois l’idée. On rigole, on plaisante, et on s’étonne parfois de quelques réponses. Mais ça reste gentil.

Puis bon, allez. On passe quand même aux questions coquines ! Des questions (un peu gênantes) sur la fréquence, le comment, le combien, le quand… Jusqu’à cette question fatidique. « Que fait l’autre au lit et qui vous déplait ? » AH. Le malaise, parce qu’on a presque tous quelque chose à dire. Et puis ce qui devait arriver, arriva. « T’es trop émotif quoi, merde ! Va y une bonne fois pour toutes ! », « tu suces trop vite, désolé »… et bla-bla-bla. Les réponses ont fusé, devant nos têtes déconfites.

Un fou-rire incontrôlable et presque malaisant s’en suivit. Et avec comme conséquence finale : une honnêteté totale dévoilée sur le ton de l’humour.

Se dévoiler plus légèrement

Tu penses peut-être que le jeu des Z’amours est ringard, dépassé, réservé au troisième âge. Pour la version télévisée, clairement, nous ne sommes pas des adeptes. Mais la version jeu de société a clairement ses avantages. Tu commences par des questions plus légères pour aboutir à des sujets bien plus concernant, dont le sexe, mais aussi les projets d’avenir, les erreurs de parcours, les sentiments envers l’autre.

L’ambiance décontractée, le contexte plus décalé aidant, on s’est livré bien plus facilement et on a réussi à dire des choses que l’on pensait très fort mais qu’on avait toujours gardé pour nous. Et la présence d’un autre couple a même peut-être précipité les aveux, parce qu’on se sent soutenu d’une certaine manière : il va comprendre ce que je ressens, elle va se dire qu’elle a vécu la même chose. Et les teams se sont formées naturellement. Le fait aussi que tous les quatre, nous nous connaissions depuis un petit temps a facilité la compréhension des débats, des émotions.

On ne te dit pas ici de te ruer sur le nouveau jeu de société de la célèbre émission, mais plutôt de t’inciter à opter pour l’humour et la décomplexion pour évoquer des sujets tabous, quand le contexte s’y prête. Et preuve que cette soirée n’a fait aucun blessé (ni vexé), on s’aime toujours tous les quatre comme au premier jour !