« En tant que femme, on est jamais assez, ou toujours trop »: Coeur de Pirate réagit au commentaire déplacé d’un fan

Blog post image

Béatrice Martin, alias Coeur de Pirate, est jolie mais… trop maigre ? C’est en tout cas ce qu’un de ses abonnés a commenté sous une photo d’elle en vacances. Une remarque mal placée comme on en voit des milliers sur les réseaux sociaux, mais qui nous rappelle surtout que les injonctions contradictoires, y en a marre ! 

Si ce commentaire semble anecdotique, il ouvre tout de même la réflexion sur un phénomène d’une plus grande ampleur : le skinny shaming. « Mange un burger », « on voit tes côtes », « les vraies femmes ont des courbes »… Autant de critiques qui semblent fuser et attaquer aujourd’hui le modèle de beauté dominant d’hier. Ces jugements adressés aux femmes minces sont perçus, pour certains, comme une dérive du mouvement body positif. Puisque celui-ci pointe du doigt les standards de beauté grossophobes de notre société, il reviendrait forcement à une glorification du surpoids ou une ode à l’obésité. 

Seulement, ce n’est pas parce qu’un mouvement s’oppose à une norme qu’il souhaite la voir disparaître. De la même manière que le féminisme ne se bat pas pour une supériorité de la femme mais davantage pour l’égalité, le mouvement body positif n’a jamais cherché à incriminer les corps minces, ou qui collent davantage aux canons de beauté. Des standards avec lesquels nous avons été élevés.

Il a pour objectif réel l’acceptation de tous les corps. A la base de cette communauté, il y a une envie de cesser cette lutte constante contre notre corps. Les hashtags sur les réseaux sociaux servent ainsi à redéfinir des idéaux de beauté en inondant le web de clichés de corps. De corps différents, marginalisés, de corps qu’on a longtemps retouchés ou effacés. Il s’agit de casser toute sorte de dictats et de prôner la liberté de chacun.

La liberté d’être celle que tu es

Etre body positif, c’est se réapproprier son corps, et ne plus le laisser être façonnés par un idéal social. C’est ce que la chanteuse Coeur de Pirate illustre parfaitement dans sa réponse : les critiques sur le corps des femmes relèvent surtout d’un besoin de contrôle.

« En fait, soit tu es trop grosse, soit tu es trop mince, soit trop vieille, trop pâle, trop bruyante, avec trop de maquillage, ou trop peu… En tant que femme, on est jamais assez, ou toujours trop. Et si on me laissait plutôt vivre ma vie dans mon t-shirt rayé, et toi tu vis la tienne ? Parce que le patriarcat m’a appris à laisser les hommes tranquilles, alors que toi, tu ressens le besoin de me dire des conneries juste pour me faire me sentir désolée d’exister. » 

@beatricepirate

Si tu ne te sens pas concerné.e par le mouvement body positif, parce que tu as l’impression qu’il ne s’adresse qu’aux personnes rondes… Je t’arrête tout de suite. Nous devrions tous être body positifs, tout comme nous devrions tous être féministes. Parce que la véritable revendication de ces mouvements est la même : la liberté.