« Opération Renaissance » : la nouvelle émission M6 qu’on aurait jamais voulu voir naître…

Blog post image

M6 commence l’année en beauté en annonçant la prochaine émission de Karine Marchand, « Opération Renaissance ». Rapidement, le collectif anti-grossophobie Gras Politique s’empare de l’émission pour dénoncer sa dangerosité dans une tribune Médiapart.

Le concept ? Suivre le parcours de dix personnes obèses candidat·e·s à une chirurgie bariatrique (opération visant à réduire la taille de l’estomac de 2/3), afin de pouvoir enclencher leur « renaissance ». L’association Gras Politique souligne que le terme n’est pas anodin : les personnes obèses sont alors considérées comme mortes-vivantes tant qu’elles ne réussissent pas à maigrir. Il faudrait donc l’intervention magique de la télévision et de la charismatique (et mince) prophétesse pour les sauver

Non ça ira mais merci

« Alors que la lutte contre la grossophobie s’installe tout juste (…) il est dramatique de proposer un tel programme« , « une vitrine publicitaire mensongère pour les chirurgies bariatriques conçue sans point de vue critique, ni transparence concernant ses soubassements financiers et idéologiques« , estime le collectif Gras Politique.

En effet, le programme se donne des allures de « Nouveau Look pour une nouvelle vie », glamourisant une procédure médicale lourde, et minimisant les enjeux psychologiques qui sous-tendent une telle décision. L’amaigrissement est « la seule porte de sortie mise en avant », « quitte à y laisser notre santé physique ou psychique » et « au détriment de la prévention des violences et des inégalités ou de la lutte contre les discriminations subies », ajoute le collectif.

Double discours

« Quels sont ceux dont on parle souvent, sur lesquels on a toujours un avis qui sont fort nombreux et à qui on ne donne jamais la parole? Les obèses. C’est pour cela que j’ai voulu faire cette émission, pour connaître de l’intérieur ce qu’ils vivent« , avait expliqué l’animatrice de M6 début décembre lors de la présentation presse du programme. Leur donner la parole, oui, mais à condition qu’ils cherchent (enfin) à perdre du poids, pardi ! 

Dans son interview à Paris Match, la présentatrice souligne qu’elle voit « Opération Renaissance » comme une émission d' »information et de prévention », qui prône l' »abandon de l’idée du corps parfait » pour « s’accepter tel que l’on est ». Après l’opération, donc.

Cette vision des choses s’ancre parfaitement dans une conception grossophobe des personnes en surpoids : elles sont considérées comme incapables, dépourvues de raison et forcément en très mauvaise santé. On peut donc parler de déshumanisation des personnes obèses. Ces stéréotypes, en plus d’une stigmatisation au quotidien, ont parfois des conséquences graves et très concrètes, notamment face au corps médical ou dans la discrimination à l’embauche. C’est d’ailleurs ce que dénonce l’une des représentantes du collectif : « La présentation faussée d’un système de santé bienveillant pour les gros·se·s, hors tout n’est pas comme à la télévision. La grossophobie médicale existe. »

L’association Gras Politique dénonce également un conflit d’intérêt notable : Karine Le Marchand est marraine de l’Institut français du Bodylift (Institut spécialisé en chirurgie plastique de reconstruction post amaigrissement), et une intervenante de l’émission n’est autre que sa fondatrice. Une demi-surprise lorsque l’on sait que souvent, nos complexes font office de monnaie marchande. Le collectif ajoute que Karine Le Marchand n’a aucune compétence en matière de nutrition ou diététique, à part peut-être celle d’être mince ? Cerise sur le gâteau (auquel tu ne toucheras manifestement pas) : notre Cristina Cordula nationale sera de la partie ! Probablement pour enseigner aux femmes obèses que la meilleure manière de les mettre en valeur, c’est de se cacher…

#pasmarenaissance

Sur les réseaux-sociaux, la contestation s’est faite entendre par le biais du #pasmarenaissance. Malgré une faible d’audience, M6 n’a pourtant rien changé au programme et l’émission a bien été diffusée le 10 janvier. La chaîne ne s’est pas exprimée face à la polémique.